Good Contents Are Everywhere, But Here, We Deliver The Best of The Best.Please Hold on!
Your address will show here +12 34 56 78
null

Obesité

L’Obésité est qualifiée de “morbide” quand le risque d’un ou plusieurs problèmes de santé ou de maladies résultants de l’obésité augmente de manière considérable. On parle d’obésité morbide en cas d’Indice de Masse Corporelle (IMC) de 40 kg/m2 ou plus.

La chirurgie est envisageable pour le patient obèse morbide lorsque ont échoué les méthodes “non” invasives telles que le régime et l’activité physique. On exige un IMC de 40 ou plus pour reconnaître un candidat à l’intervention ou de 35 ou plus, si au moins deux comorbidités ont été constatées comme résultant de l’obésité telles : dibète, apnées du sommeil, HTA, ostéo-arthrose des articulations.

Chirurgie bariatrique restrictive

La chirurgie restrictive consiste à créer une petite poche gastrique avec un petit orifice de sortie et ainsi accepter peu d’aliment (soit l’agrafage vertical de l’estomac avec anneau non modulable ou la pose d’anneau gastrique modulable et la sleeve gastrectomy).
L’ingestion provoquera rapidement une pression importante sur la paroi de l’estomac et la sensation de satiété.

En comparaison avec la chirurgie de malabsorption, la chirurgie restrictive est moins lourde, moins dangereuse et présente moins de risque vital à long terme.
Elle s’adapte bien aux patients qui absorbent de trop grande quantité d’aliment suite à une faim constante.

La pose d’un anneau gastrique modulable.

L’intervention est réalisée en coelioscopie (chirurgie vidéo-assistée). Cette intervention consiste à réduire l’estomac à un tube (en anglais, sleeve signifie manche) dont le volume est faible. La quantité d’aliments que l’on peut absorber est donc réduite. Il s’agit d’une intervention restrictive pure, sans aucun effet sur l’absorption des aliments. L’estomac restant est enlevé. L’intervention n’est donc pas réversible.

Indication : les gros mangeurs. Contre-indications : le reflux gastro-oesophagien, le grignotage qui reste possible.

Chirurgie bariatrique malabsorptive

La chirurgie de malabsorption consiste elle à dériver, court-circuiter une partie de l’estomac et de l’intestin de manière à éviter la résorption des substances nutritives.
Il y a trois types d’intervention: le by-pass gastrique, le switch duodénal et la dérivation bilio-pancréatique ou Scopinaro.
Ces interventions sont plus importantes et s’accompagnent parfois de séquelles dont la prévention nécessite un suivi strict, des compléments à vie (vitamines, fer,…) et des traitements parfois à vie.
Le risque de complications augmente généralement avec la prolongation du by-pass de l’intestin grêle mais c’est la chirurgie qui donne les meilleurs résultats en terme de perte de poids.

Le by-pass gastrique classique dit “type I” a pris une place prépondérante dans le domaine de la chirurgie bariatrique, combinant restriction et malabsorption. Lors de cette procédure une “petite poche gastrique” est réalisée, séparée du reste de l’estomac qui reste en place, donc “réversible”! Cette poche va être reliée au petit intestin (jéjunum) à l’aide d’une anse intestinale dite en “Y”, ce qui court-circuite le mélange de la nourriture avec la bile et avec les sucs pancréatiques.

On distingue donc une poche gastrique, de +/_ 20 cc, relié à une anse intestinale dite “Alimentaire” sur laquelle va venir plus loin l’anse “Biliaire” et se poursuivre par l’anse intestinale “Commune”. La longueur de chaque segment d’intestin, A,B et C peut varier selon le grade de malabsorption souhaité.

Le “Mini” bypass aussi appelé bypass type II se distingue du bypass gastrique classique, dit “type I”, par la confection d’une poche gastrique plus longue et une seule suture “latérale” avec le petit intestin.

Il peut être recommandé chez les adolescents, les hyper-obèses (IMC de 50 ou plus) et les “sweet eaters” (mangeurs de sucres).

Premier mois : régime liquide fractionné

Avant le petit déjeuner
café +/- lait, thé (200 ml), pas de sucre, faux sucre autorisé.

Petit-déjeuner
Fromage blanc maigre (125 g) ou 2 petits suisses (2 x 60 g)

Collation de 10 heures
1 yaourt à boire (200 ml)

Repas de midi
Potage aux légumes passé (300 ml en 2 fois) enrichi avec poudre de protéines (10 g) ou 1 œuf battu ou 1 càs de jambon mixé ou 1 càs de viande hachée.

Goûter
1 crème ou boisson protéinée

Repas du soir
Idem repas de midi

Collation du soir
1 produit laitier liquide 150 ml

Deuxième mois : aliments mous

Trois repas
purées aux légumes (100-150 g)
crèmes, compotes sans sucre, pain de mie, viande hachée, poisson

Trois collations
Boire souvent en petites quantités

Troisième mois : aliments plus solides

Légumes, fruits, viande et poisson en morceaux, céréales complètes (pain, pâtes), ne jamais forcer, ne pas grignoter, dissocier alimentation/boissons, éviter les soft drinks, préférer les fruits aux jus de fruits, reprendre une activité physique.

+
Principes

L’Obésité est qualifiée de “morbide” quand le risque d’un ou plusieurs problèmes de santé ou de maladies résultants de l’obésité augmente de manière considérable. On parle d’obésité morbide en cas d’Indice de Masse Corporelle (IMC) de 40 kg/m2 ou plus.

La chirurgie est envisageable pour le patient obèse morbide lorsque ont échoué les méthodes “non” invasives telles que le régime et l’activité physique. On exige un IMC de 40 ou plus pour reconnaître un candidat à l’intervention ou de 35 ou plus, si au moins deux comorbidités ont été constatées comme résultant de l’obésité telles : dibète, apnées du sommeil, HTA, ostéo-arthrose des articulations.

+
Anneau Gastrique

Chirurgie bariatrique restrictive

La chirurgie restrictive consiste à créer une petite poche gastrique avec un petit orifice de sortie et ainsi accepter peu d’aliment (soit l’agrafage vertical de l’estomac avec anneau non modulable ou la pose d’anneau gastrique modulable et la sleeve gastrectomy).
L’ingestion provoquera rapidement une pression importante sur la paroi de l’estomac et la sensation de satiété.

En comparaison avec la chirurgie de malabsorption, la chirurgie restrictive est moins lourde, moins dangereuse et présente moins de risque vital à long terme.
Elle s’adapte bien aux patients qui absorbent de trop grande quantité d’aliment suite à une faim constante.

La pose d’un anneau gastrique modulable.

+
Sleeve

L’intervention est réalisée en coelioscopie (chirurgie vidéo-assistée). Cette intervention consiste à réduire l’estomac à un tube (en anglais, sleeve signifie manche) dont le volume est faible. La quantité d’aliments que l’on peut absorber est donc réduite. Il s’agit d’une intervention restrictive pure, sans aucun effet sur l’absorption des aliments. L’estomac restant est enlevé. L’intervention n’est donc pas réversible.

Indication : les gros mangeurs. Contre-indications : le reflux gastro-oesophagien, le grignotage qui reste possible.

+
By-Pass Gastrique

Chirurgie bariatrique malabsorptive

La chirurgie de malabsorption consiste elle à dériver, court-circuiter une partie de l’estomac et de l’intestin de manière à éviter la résorption des substances nutritives.
Il y a trois types d’intervention: le by-pass gastrique, le switch duodénal et la dérivation bilio-pancréatique ou Scopinaro.
Ces interventions sont plus importantes et s’accompagnent parfois de séquelles dont la prévention nécessite un suivi strict, des compléments à vie (vitamines, fer,…) et des traitements parfois à vie.
Le risque de complications augmente généralement avec la prolongation du by-pass de l’intestin grêle mais c’est la chirurgie qui donne les meilleurs résultats en terme de perte de poids.

Le by-pass gastrique classique dit “type I” a pris une place prépondérante dans le domaine de la chirurgie bariatrique, combinant restriction et malabsorption. Lors de cette procédure une “petite poche gastrique” est réalisée, séparée du reste de l’estomac qui reste en place, donc “réversible”! Cette poche va être reliée au petit intestin (jéjunum) à l’aide d’une anse intestinale dite en “Y”, ce qui court-circuite le mélange de la nourriture avec la bile et avec les sucs pancréatiques.

On distingue donc une poche gastrique, de +/_ 20 cc, relié à une anse intestinale dite “Alimentaire” sur laquelle va venir plus loin l’anse “Biliaire” et se poursuivre par l’anse intestinale “Commune”. La longueur de chaque segment d’intestin, A,B et C peut varier selon le grade de malabsorption souhaité.

+
Mini By-Pass

Le “Mini” bypass aussi appelé bypass type II se distingue du bypass gastrique classique, dit “type I”, par la confection d’une poche gastrique plus longue et une seule suture “latérale” avec le petit intestin.

Il peut être recommandé chez les adolescents, les hyper-obèses (IMC de 50 ou plus) et les “sweet eaters” (mangeurs de sucres).

+
Conseils

Premier mois : régime liquide fractionné

Avant le petit déjeuner
café +/- lait, thé (200 ml), pas de sucre, faux sucre autorisé.

Petit-déjeuner
Fromage blanc maigre (125 g) ou 2 petits suisses (2 x 60 g)

Collation de 10 heures
1 yaourt à boire (200 ml)

Repas de midi
Potage aux légumes passé (300 ml en 2 fois) enrichi avec poudre de protéines (10 g) ou 1 œuf battu ou 1 càs de jambon mixé ou 1 càs de viande hachée.

Goûter
1 crème ou boisson protéinée

Repas du soir
Idem repas de midi

Collation du soir
1 produit laitier liquide 150 ml

Deuxième mois : aliments mous

Trois repas
purées aux légumes (100-150 g)
crèmes, compotes sans sucre, pain de mie, viande hachée, poisson

Trois collations
Boire souvent en petites quantités

Troisième mois : aliments plus solides

Légumes, fruits, viande et poisson en morceaux, céréales complètes (pain, pâtes), ne jamais forcer, ne pas grignoter, dissocier alimentation/boissons, éviter les soft drinks, préférer les fruits aux jus de fruits, reprendre une activité physique.

RENDEZ-VOUS EN LIGNE
Chargement ...
CALCULEZ VOTRE IMC